Infos du 2 au 10 mars 2019 - Bellême

, par Jean-Noël, webmestre

8e dimanche du Temps ordinaire - C

Samedi 2 mars 2019
18 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Dimanche 3 mars 2019
10 h 30 messe à Bellême, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : Renée Brouard, Michel Dumas, Marguerite Vallée, Suzanne Berger, la famille Berger-Lemaître, Paulette Bruneau, Gilbert Binois, Béatrice Binois.

Mardi 5 mars 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
17 h au presbytère, catéchèse des enfants du primaire et célébration d’entrée en Carême

Mercredi 6 mars 2019
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents
19 h messe d’entrée en Carême et imposition des cendres avec Mgr Habert pour les 4 paroisses de notre Pôle missionnaire, suivie d’un bol de soupe, pain et pomme à la cantine de l’école Saint-Michel

Jeudi 7 mars 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
14 h préparation Temps-fort catéchèse avec Pôle missionnaire

Vendredi 8 mars 2019
11 h 15 messe à l’oratoire du presbytère
20 h au presbytère, rencontre des parents qui demandent le baptême pour leur enfant (2e étape)

9e dimanche du Temps ordinaire - C

Samedi 9 mars 2019
18 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Dimanche 10 mars 2019
10 h 30 messe à Bellême, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : Simone Moreau, Paulette Bruneau.

Avant de nous offusquer des mauvaises herbes dans le jardin du voisin, peut-être convient-il de regarder dans le nôtre !

Aujourd’hui, Jésus nous livre 3 petites paraboles : les deux aveugles, la paille et la poutre, le bon arbre qui donne de bons fruits.

Trois petites paraboles par lesquelles Jésus nous interroge sur nos comportements les uns avec les autres. Il nous invite au discernement et à la clairvoyance sur nous-mêmes. À l’humilité aussi et à la recherche de la vérité !

C’est un bel examen de conscience que Jésus nous propose. N’est-il pas bienvenu au moment où mercredi soir nous entrerons dans le temps du Carême ? Comme l’annonce saint Paul « Voici venu le moment favorable ». Le Carême n’est-il le moment favorable pour nous retourner vers le Seigneur ? N’est-il pas le moment favorable pour réajuster nos relations avec les autres ?

Ces trois petites paraboles nous interrogent : Ne cherchons-nous pas parfois à vouloir guider les autres, à leur donner des conseils alors que nous avons déjà bien du mal à gouverner notre propre vie, à faire des choix qui nous font grandir ? Jésus nous dit : Attention à n’être pas comme un aveugle qui voudrait guider un autre aveugle ! N’est-il pas parfois salutaire de se dire : qui suis-je à vouloir te donner des conseils, t’imposer mes vues alors que j’ai bien du mal à trouver mon chemin ?

Nous pouvons nous poser la question : ne sommes-nous pas parfois prompts à voir et à dénoncer les défauts des autres, leurs petits travers alors que nous ne voyons pas ou ne voulons pas voir les nôtres qui peuvent être bien plus importants ?

Ne cherchons-nous pas parfois avec une loupe grossissante les défauts des autres ? En portant sur eux des jugements péremptoires qui, à force, deviennent injustes ?

Attention, nous dit Jésus, à ne pas transformer la paille entrevue dans l’œil du voisin en poutre : nos propres carences peuvent nous empêcher de voir juste. Avant de regarder dans le jardin du voisin pour s’offusquer des mauvaises herbes, n’est-il pas salutaire de regarder en nous l’ivraie qui pousse au milieu du bon grain ?

« C’est le fruit qui manifeste la qualité de l’arbre. » Un bon arbre ne donne pas de mauvais fruits, un cœur bon ne fait pas d’actes mauvais ni ne prononce de paroles blessantes. Nos actes et nos paroles nous jugent. Mais, nous le savons, quand un arbre donne des fruits amers, l’horticulteur le taille et le nourrit de fumier pour qu’il s’améliore.

Ainsi, les événements de la vie peuvent devenir pour nous comme des leçons qui nous permettent de devenir plus humains.

Ainsi, la Parole de Dieu peut être pour nous comme le sécateur qui émonde les branches mortes ou pernicieuses de nos vies. Et les sacrements ne sont-ils pas comme l’engrais qui permet à l’Esprit saint de féconder nos vies et leur donner de porter des fruits d’Évangile.

Saint Paul nous invite à « prendre une part toujours plus active à l’œuvre du Seigneur ». L’œuvre du Seigneur, c’est bien, tout à la fois, l’annonce de l’Évangile, le service des frères et la célébration de Dieu Notre Père.

Paul nous invite à prendre activement notre part dans cette œuvre qui est l’œuvre du Seigneur lui-même, d’abord en le laissant nous travailler au cœur et en nous laissant envoyer vers nos frères, non pour regarder leurs « petits côtés » qui nous dérangent mais pour nous émerveiller de ce qu’ils font de bien et de bon pour les autres.

« Dans le Seigneur, indique Paul, la peine que vous vous donnez n’est pas perdue. » Si, l’être périssable et mortel que nous sommes est promis à revêtir l’immortalité, ne vaut-il pas le coup dès aujourd’hui de nous attacher à ce qui est impérissable, à ce qui a valeur d’éternité : l’amour, l’amitié, l’attention à l’autre et le service des autres. Ce sont les valeurs du Ciel de Dieu que nous sommes invités à vivre déjà sur la terre.
Jacques Roger