Infos du 6 au 14 avril 2019 - Bellême

, par Jean-Noël, webmestre

Cette semaine, nous portons dans notre prière : Marguerite Hérouin, 80 ans, au Gué-de-la-Chaîne, Pierre Cartier, 85 ans, à Saint-Jouin-de-Blavou, Marie-Thérèse Besnier, 92 ans, à Bellême.

5e dimanche de Carême - C
Offrande pour le
C.C.F.D.-Terre solidaire

Samedi 6 avril 2019
18 h 30 messe à l’église de Bellavilliers

Dimanche 7 avril 2019
10 h 30 messe à Bellême, avec les couples qui célèbreront leur mariage cette année
11 h messe à Igé

Nous portons dans notre prière : Suzanne Berger, les familles Berger-Lemaître, Paulette Bruneau, Thérèse Bouvier, Antonia Marquès, Joël Dumont, Maurice Pilon, Charles Gireaux, Jean-Claude Boulay, Simone et Émile Chable, Pierre Jourdan.

Mardi 9 mars 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
18 h à l’église de Nocé, célébration communautaire et confession personnelle de l’amour de Dieu et de ses péchés pour notre Pôle missionnaire

Mercredi 10 avril 2019
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents

Jeudi 11 avril 2019
11 h messe à l’oratoire du presbytère
17 h au presbytère, réunion de l’équipe pastorale paroissiale

Vendredi 12 avril 2019
10 h sortie vélo inter-générationelle
18 h messe de pèlerinage à Bray avec Mgr Jacques Habert

Dimanche de la Passion et des Rameaux
Bénédiction des rameaux et messe de la Passion

Samedi 13 avril 2019
18 h 30 La Perrière

Dimanche 14 avril 2019
10 h Igé, 10 h 30 Bellême, 11 h 30 Pouvrai

Nous portons dans notre prière Paulette Bruneau.

La Parole qui libère

En amenant à Jésus la femme prise en flagrant délit d’adultère, c’est d’abord un piège que les pharisiens lui tendent. Ils désirent le mettre en contradiction soit avec la Loi, soit avec son propre message. Nous voyons la scène : Jésus et la femme sont au centre, « au milieu » encerclés, piégés, prisonniers par les hommes de loi. Selon la Loi, la femme doit subir la lapidation. Ce n’est pas rien. « Et toi, qu’en penses-tu ? »

En l’obligeant à répondre à cette question, les pharisiens savent bien que, de toute façon, Jésus sera disqualifié aux yeux des témoins : s’il s’oppose à la lapidation, il va être accusé de laxisme par rapport à la Loi et jugé comme un mauvais juif qui ne respecte pas la Loi ; mais s’il suit la rigueur de la Loi, son message de miséricorde tombe à l’eau. Quoiqu’il réponde, il est piégé.

Alors, Jésus se tait. Il baisse la tête et écrit sur le sol. Pourquoi cette attitude ? Ne serait-ce pas une manière de montrer que le message de miséricorde qu’il veut écrire dans les cœurs de la part du Père est fragile et qu’il peut être balayé par les vents mauvais des accusations péremptoires ? Message écrit sur la terre avec laquelle Dieu a modelé l’être humain : « J’inscrirai ma loi au fond de vos cœurs, dit Dieu en Ézéchiel, je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. » Message de miséricorde écrit sur la terre et dans les cœurs par opposition à la rigueur de la loi gravée dans la pierre qui, elle, ne souffre pas contestation ? Peut-être ! Pourquoi pas ?

L’insistance des juges à obtenir une réponse par oui ou par non fait se redresser Jésus et une parole sort de sa bouche qui n’accuse personne mais renvoie chacun à sa propre responsabilité : « Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre. » Le piège est déjoué et le cercle se brise puisque l’évangéliste indique avec un certain humour : « Il s’en allaient un par un en commençant par les plus âgés. »

Jésus les a-t-il accusés ? Non ! Les pierres sont tombées de leurs mains et, ils sont repartis, un par un, comme si la parole de Jésus mettait en lumière leurs propres contradictions.

Seul celui qui est sans péché, parfaitement ajusté à Dieu, son Père et notre Père, est resté « au milieu » auprès de la femme, comme il sera plus tard « au milieu » des deux brigands crucifiés avec lui. L’un tournera la tête comme les pharisiens tournent les talons tandis que l’autre, comme la femme, se tournera vers Jésus espérant le pardon de Dieu. « Personne ne t’a condamnée ? Moi non plus, je ne te condamne pas. » Jésus, qui, par la parole sortie de sa bouche, a déjà brisé l’encerclement dans laquelle les scribes et les pharisiens l’avaient enfermée, ouvre maintenant un chemin nouveau à cette femme. Il la renvoie à sa responsabilité avec la consigne : « Va ! Et désormais ne pèche plus ! » La miséricorde de Dieu, en effet, ne va pas sans notre responsabilité, sans notre volonté de changer de vie, de progresser, de devenir meilleur.

Ainsi, Jésus accomplit la Parole de Dieu en Isaïe qui fait référence au chemin ouvert dans la mer pour les Hébreux libérés de l’Égypte dont les chevaux se sont couchés pour ne plus se relever. Ces chevaux d’orgueil terrassés ne sont-ils pas l’image des pharisiens qui repartent la tête basse sans avoir pu piéger Jésus. « Ne songez plus aux choses d’autrefois, indique le Seigneur en Isaïe, voici que je fais une chose nouvelle. » Le pardon, en effet, n’est-il pas comme l’ouverture d’une brèche dans un chemin qu’on pensait sans issue, définitivement fermé ?

Saint Paul, lui-même, en a fait l’expérience dans sa vie. Sa rencontre avec le Ressuscité a bouleversé son existence : ce qu’il a perdu des avantages de sa vie ancienne en suivant le Christ, il les considère maintenant comme des balayures. Paul fait la différence entre l’accessoire des avantages matériels qu’il avait dans le judaïsme et l’essentiel d’une relation harmonieuse avec le Christ et avec les autres : « Oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus. »

À l’approche de la fête de Pâques, nous sommes invités à célébrer le sacrement où nous confessons l’amour de Dieu en même temps que nos péchés.

Mardi à 18 h en l’église de Nocé, nous contemplerons ensemble, catholiques de notre Pôle missionnaire du Perche sud, le beau visage de Dieu révélé dans l’amour de Jésus qui nous invite à aller avec lui jusqu’au bout du don de soi. Vous recevrez à la fin de cette messe un feuillet qui vous aidera à préparer votre confession de l’amour de Dieu en même temps que vos péchés.

Beau sacrement qui nous ouvre une brèche dans des situations où la culpabilité mortifère peut parfois nous encercler et nous inciter à désespérer de nous-mêmes, des autres et de Dieu. Alors que le Seigneur nous invite à chanter avec les exilés qui reviennent au pays, comme nous-mêmes pouvons revenir à nos premiers amours après nous en être éloignés : « Quelle merveille le Seigneur fait pour nous : nous étions en grande fête ! » Personne n’est trop loin pour Dieu !
Jacques Roger

La Semaine sainte

Mardi 16 avril 2019
18 h messe chrismale à la cathédrale de Sées

Mercredi 17 avril 2019
15 h - 21 h confessions non-stop à l’église Notre-Dame à Nogent-le-Rotrou

Jeudi 18 avril 2019
18 h messe de la Cène du Seigneur à Igé
19 h messe de la Cène du Seigneur à Bellême

Vendredi 19 avril 2019
15 h chemin de croix à La Perrière
18 h célébration de la Passion à Igé
19 h célébration de la Passion à Bellême

Samedi 20 avril 2019
11 h à 12 h confessions à l’église de Bellême
20 h 30 veillée pascale à l’église de Bellême

Dimanche 21 avril 2019
10 h 30 messe de la Résurrection à Bellême
11 h messe de la Résurrection à Igé