Infos du 22 au 30 juin 2019 - Bellême

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons dans notre prière : Carole Bancourt, 40 ans, à Bellême.

Fête du Corps et du Sang du Christ

Samedi 22 juin 2019
18 h 30 messe à l’église de Sérigny

Dimanche 23 juin 2019
10 h 30 Bellême, 11 h Igé

Nous portons dans notre prière : Bernard de Romanet, Jean-Bertrand Guillet.

Mercredi 26 juin 2019
14 h 30 Bellême, inhumation de Mme Carole Bancourt
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents

Jeudi 27 juin 2019
9 h 30 Bellême, réunion de l’Équipe d’animation pastorale du Pôle missionnaire du Perche sud
18 h messe à l’oratoire du presbytère

Vendredi 28 juin 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
17 h 30 au presbytère, réunion de l’Équipe pastorale paroissiale

Samedi 29 juin 2019
15 h Bellême, baptême de Cosme Brivois
20 h 30 Nuit des églises à Saint-Sauveur, présentation des trésors de la paroisse Saint-Léonard-des-Clairières

Solennité de la fête des saints apôtres Pierre et Paul

Samedi 29 juin 2019
18 h 30 messe à l’église de Bellavilliers

Dimanche 30 juin 2019
10 h 30 Bellême (avec l’école Saint-Michel), 11 h Igé

Mercredi 3 juillet 2019
au prieuré Saint-Ortaire à Bagnoles-en-Normandie, pèlerinage à saint Pérégrin pour les personnes souffrant du cancer

Samedi 6 juillet 2019
20 h 30 - 22 h Nuit des églises à Origny-le-Butin, visite libre de l’église accompagnée de chants méditatifs

Présence, sacrifice, nourriture… un don à partager en Église pour la vie du monde

Présence, sacrifice, nourriture, ces trois mots disent le « Saint Mystère » qu’est l’Eucharistie. En effet, par l’Eucharistie qu’il a instituée à la veille de sa mort, Jésus, le Christ ressuscité, se rend présent à l’aujourd’hui de nos vies. Par les mains du prêtre, à la prière de l’assemblée, le Père envoie l’Esprit sanctifier et transfigurer le pain et le vin apportés en offrande. En prononçant ces paroles « Vous ferez cela en mémoire de moi », ce n’est pas un simple souvenir du passé qui serait évoqué, c’est l’événement de la vie, de la mort et de la résurrection du Seigneur Jésus qui, par l’Esprit saint, est rendu actuel dans l’aujourd’hui de nos vies. Ici et maintenant, le Ressuscité est là. Avec Marie de Magdala, nous pouvons dire avec la crainte respectueuse qui convient : « Rabbouni ! » « Tu es là ! » Ou avec Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Ou encore comme le paroissien d’Ars, à qui Jean-Marie Vianney demandait ce qu’il disait au Seigneur devant le Saint-Sacrement : « Je l’avise et il m’avise. » Présence de Dieu dans le Mystère eucharistique que nous n’aurons jamais fini d’en comprendre toute la profondeur et la richesse.

Présence mais aussi sacrifice, car c’est bien le don de sa vie que fait Jésus le soir où il dit : « Prenez et mangez, prenez et buvez, ceci est mon corps livré pour vous et mon sang versé pour vous et pour la multitude. » Il anticipe le don de sa vie qu’il fera le lendemain sur « l’autel de la croix », « une fois pour toutes », comme le soulignera la Lettre aux Hébreux. Une préface de la liturgie indique que le Christ « est à la fois le prêtre, l’autel et la victime » : Jésus, en effet, est l’Unique prêtre qui offre sa vie, il est l’autel sur lequel il continue aujourd’hui à nous offrir sa vie, il est aussi la victime qui est offerte pour « la gloire de Dieu et le salut du monde ». Pour la gloire de Dieu car, comme le Père crée l’humanité par amour, Jésus donne sa vie par amour pour les hommes. Et pour le salut du monde car il appelle les hommes à quitter la pente naturelle de l’égoïsme qui conduit à la mort et à prendre et à reprendre le chemin du don de soi qui conduit à la vie.

La nourriture eucharistique, le Pain de vie, est, précisément, cet aliment qui donne le courage et la force de donner, à notre tour, notre vie pour les autres. L’Eucharistie est la nourriture pour la route qui mène à Dieu. Elle est « germe de vie éternelle » sur le chemin de notre divinisation : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et moi je le ressusciterai au dernier jour. » Nous sommes là au cœur de notre foi chrétienne : « Il est grand le mystère de la foi ! »

« Devenez ce que vous recevez, devenez le corps du Christ », ce chant inspiré par saint Paul exprime bien le lien unique qui existe entre le corps eucharistique du Seigneur reçu en communion et son corps ecclésial, son Église à construire en communion fraternelle. Un adage des premiers siècle indique : « L’Église fait (célèbre) l’Eucharistie et l’Eucharistie fait (forme) l’Église. » Parlant de l’Eucharistie, le concile Vatican II affirme qu’elle est « la source et le sommet de toute vie chrétienne et ecclésiale ». C’est par l’Église, corps du Christ, que le corps du Seigneur est transmis et donné pour la vie du monde, comme le rappelle saint Paul : « J’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur et je vous l’ai transmis. »

L’Eucharistie est un don à partager. Recevoir le Pain de vie nous invite et même nous engage à « partager notre pain » : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » invite Jésus. En lui présentant le peu que nous avons, nos cinq pains et nos deux poissons, Jésus peut nourrir les foules. Et il en reste encore. Notre don allié au don de Dieu fait des merveilles. Le Seigneur ne veut pas faire sans nous et sans lui nous ne pouvons pas faire grand-chose. Unis à Lui, le miracle se produit.

Miracle de sa présence à l’Église et au monde. Miracle du passage du chacun soi au chacun pour tous.

Il est grand le mystère de la foi ! « Toi qui sur terre nous nourrit, conduis-nous au banquet du Ciel et donne-nous Ton héritage en compagnie de Tes saints. »
Jacques Roger