Infos du 29 juin au 7 juillet 2019 - Bellême

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons dans notre prière : Carole Bancourt, 40 ans, à Bellême, Louis Ripeaux, 84 ans, à Sérigny.

Solennité de la fête des saints Apôtres Pierre et Paul

Samedi 29 juin 2019
18 h 30 messe à l’église de Bellavilliers

Dimanche 30 juin 2019
10 h 30 Bellême (avec l’école Saint-Michel), 11 h Igé

Nous portons dans notre prière les familles Adeline-Buzon.

Lundi 1er juillet 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
17 h au presbytère, rencontre des catéchistes pour envisager la rentrée prochaine

Mardi 2 juillet 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Mercredi 3 juillet 2019
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents

Jeudi 4 juillet 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Vendredi 5 juillet 2019
17 h 30 messe à la chapelle des saints Louis et Zélie à Chemilli, suivie de l’adoration eucharistique

Samedi 6 juillet 2019
11 h à Bellême, baptême de Mayline Bonjour
14 h 30 à Chemilli, mariage de Vanessa Rousseau et Alain Mortier
16 h à La Perrière, mariage de Pénélope Roger et Hugues-Marie Aulanier
20 h 30 - 22 h à l’église d’Origny-le-Butin « Nuit des églises » visite libre avec livret et chants méditatifs.

14e dimanche du Temps ordinaire

Samedi 6 juillet 2019
18 h 30 messe à l’église de Vaunoise

Dimanche 7 juillet 2019
10 h 30 Bellême, 11 h Igé

Mercredi 3 juillet 2019
au prieuré Saint-Ortaire à Bagnoles-en-Normandie, pèlerinage à saint Pérégrin pour les personnes souffrant du cancer

Pierre et Paul transformés par la grâce de Dieu en disciples missionnaires

Pierre et Paul, deux belles figures de l’Église. On les appelle les « colonnes de l’Église » mais ils ne l’ont pas toujours été. Très différents l’un de l’autre, Pierre et Paul se sont laissé transformer par la grâce de Dieu et ils sont devenus des disciples missionnaires. Partis sur des chemins différents, tous les deux, le manuel et l’intellectuel, ont fait la rencontre avec Celui qui a transformé leur vie et lui a donné du sens. Ils ont été conduits à donner leur vie à sa suite.

Pierre, le généreux marin-pêcheur a suivi Jésus au premier appel laissant sa barque et ses filets pour emboîter le pas de cet inconnu qui parle du règne de Dieu comme d’un horizon de bonheur. Il prend la tête du groupe des Douze et son amour de Jésus ne l’empêche pourtant pas de commettre quelques gaffes : voulant éviter à son Maître l’épreuve de la Passion, il se voit traiter de « Satan » par Jésus.

Téméraire, il connaît l’humiliation du reniement mais le regard attendri de Jésus et ses larmes de regret le sauvent. Jésus, le Christ ressuscité n’hésite pas à lui confier la conduite de son Église naissante.

La personnalité de Pierre nous indique que nos fragilités et nos faiblesses peuvent devenir, par grâce de Dieu, des atouts pour la mission qui nous est confiée. Une des préfaces de la liturgie eucharistique indique : « C’est ta puissance, Seigneur, qui se déploie dans la faiblesse quand tu donnes à des êtres fragiles de te rendre témoigne par le Christ notre Seigneur. »

Le récit du livre des Actes des apôtres indique que l’Église de Dieu priait avec instance pour que Pierre soit délivré des chaînes qui le retenaient prisonnier. La prière de l’Église a suscité l’envoi [de l’Ange] du Seigneur qui l’a arraché aux mains du tyran Hérode. Ce qui n’empêchera pas Pierre, crucifié la tête en bas à Rome, de donner sa vie en union avec le Christ pour le salut des hommes.

Paul, lui, est très différent de Pierre. Il n’a pas connu Jésus lors de son passage en Palestine. Il a seulement entendu ses disciples, Pierre et les autres, annoncer que Jésus était le Messie promis à Israël. Juif d’obédience pharisienne, Saul n’accepte pas cette « nouvelle » religion se réclamant du Judaïsme. Il rejoint alors l’aile dure qui veut supprimer les disciples de Christ. On le voit garder les vêtements des bourreaux qui lapident Étienne.

Jusqu’au jour où, sur la route de Jérusalem à Damas, où il se rend pour éradiquer les chrétiens de cette ville, il reçoit la révélation : « Je suis Jésus que tu persécutes. » Saul, qui devient Paul, mettra la même ardeur qu’il mettait à persécuter l’Église de Dieu, à annoncer la mort et la résurrection du Seigneur et à fonder des communautés de disciples dans tout le Bassin méditerranéen.

La personnalité de Paul nous indique qu’avec la grâce de Dieu, notre bonne volonté et notre discernement, il n’y a pas de voie sans issue. Rien n’est impossible à Dieu qui a pour nom « Miséricorde » pourvu que nous accueillions avec humilité et confiance sa tendresse qui nous ouvre de nouveaux chemins de vie. Paul le reconnaît : Dieu est fidèle. « Tous m’ont abandonné. Le Seigneur, lui, m’a assisté. Il m’a rempli de force pour que, par moi, la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout. »

Comme Pierre, Paul donnera, lui aussi, sa vie en union avec le Christ pour le salut des hommes. Il sera décapité à Rome.

Pierre et Paul sont deux belles figures de vie chrétienne. Deux passionnés du Christ et de l’Évangile. « Pour moi, vivre c’est le Christ, écrit Paul. Et Pierre : « Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres, en bons gérants de la grâce de Dieu qui est si diverse » (1 Pi 4, 10).

Demandons à Dieu, par l’intermédiaire de ces deux colonnes, qu’il nous aide à laisser la grâce de Dieu nous animer, nous transformer et nous convertir pour que notre Église, si blessée par nos péchés, puisse panser ses plaies et retrouver sa beauté originelle, celle du Christ ressuscité qu’elle est appelée à refléter sur son visage. Jacques Roger