Infos du 14 au 22 septembre 2019 - Le Theil-sur-Huisne

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons dans nos prières : Simone Bourrier (huitaine), Marcel Maillebuis (huitaine), Marc Heulin (huitaine), Daniel Couturier et Geltain.

Samedi 14 septembre 2019
14 h 30 mariage de Delphine et Éric à L’Hermitière
18 h 00 messe à Ceton
20 h 00 Parlons-en à la salle des fêtes de Nocé : spectacle « Madeleine Delbrêl » une femme libre et de foi

Dimanche 15 septembre 2019
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

Lundi 16 septembre 2019
18H00 Perche-Verrière-espérance à Appenai-sous-Bellême

Mardi 17 septembre 2019
10 h 00 groupe de lecture au Theil-sur-Huisne
14 h 30 sépulture à La Rouge de M. Boulon
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 18 septembre 2019
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 19 septembre 2019
10 h 00 réunion des prêtres Fidei donum

Vendredi 20 septembre 2019
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne
20 h 00 préparation baptême 2e étape au Theil-sur-Huisne

Samedi 21 septembre 2019
10 h 30 réunion d’information pour le KTé du primaire à la salle paroissiale
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 22 septembre 2019
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

XXIVe dimanche du Temps ordinaire

L’attitude de Dieu à l’égard des hommes ne se règle pas sous forme d’un contrat ; son attitude s’appuie sur un amour démesuré et pourtant, nous sommes tous des prodigues.

Lecture du livre de l’Exode (32, 7…14)

Après sa libération d’Égypte, la marche du peuple hébreu à travers le désert fut pénible, entrecoupée de reniements envers son Dieu et de révoltes contre Moïse qui l’avaient entraîné là. Peuple à la tête dure à qui le rude apprentissage de la liberté fait regretter l’Égypte où on mangeait à sa faim, et qui troquerait volontiers son Dieu invisible contre une statue fabriquée de main d’homme. La fidélité de Moïse à son peuple est mise à l’épreuve : il pourrait s’en tirer seul, et le peuple, laissé à lui-même, périrait dans le désert. Mais, pour Moïse, on se désolidarise pas de ceux qu’on aime, fussent-ils bornés et ingrats ; il le rappelle au Seigneur dans sa prière.

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée (1, 12-17)

La transformation que le Christ a opérée en lui remplit Paul de reconnaissance. Puisqu’il a pu toucher du doigt la générosité du Christ à son égard, son amour pour le pécheur qu’il est, la confiance qu’il a placée en lui en l’appelant à être son apôtre, comment ne pas être certain que le Christ veut et peut sauver tous les pécheurs ! Nous autres, pécheurs pardonnés et aimés, pourrions-nous refuser de faire connaître à notre tour aux autres le Christ sauveur ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (15, 1-38)

Qu’est-ce qui peut mettre en fête le cœur de Dieu ? C’est d’être en mesure, à travers son Fils, Jésus Christ, de montrer sa tendresse pour les pécheurs et les égarés ; c’est de pouvoir, après les avoir longtemps cherchés, nous associer à sa joie : « Réjouissez-vous avec moi ! » La conversion d’un seul d’entre nous, pécheurs, compte plus à ses yeux que la persévérance de quatre-vingt-dix-neuf justes.
Le plus jeune fils représente bien, aux yeux des pharisiens, les pécheurs et les publicains que fréquente Jésus. Après avoir quitté son père dans un geste d’ingratitude manifeste, il est tombé dans la pire déchéance pour un juif : garder des cochons, ces animaux impurs d’après la loi. Son retour n’est pas dû d’ailleurs à une vraie contrition mais seulement à la faim qui le tenaille. Oui, ce sont bien là les gens que Jésus fréquente ! Quelle révélation pour les pharisiens d’apprendre que Dieu se fait une telle fête du retour du pécheur à qui il n’a jamais refusé sa tendresse et son amour ! Comme ils se reconnaissent bien aussi dans l’indignation du fils aîné : « Il y a tant d’années que je suis à ton service sans jamais désobéi à tes ordres. « Hélas ! Il s’est jugé lui-même comme serviteur, et non comme un fils. Il n’est même pas frère, comme le prouve sa remarque méprisante : « Ton fils que voilà », que son père relève si discrètement : « Ton frère que voilà ». Allons, la fête bat son plein pour le retour du prodigue, sera-ce fête aussi pour la conversion de l’aîné ?

Bon dimanche.
Père François