Infos du 30 novembre au 8 décembre 2019 - Bellême

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons cette semaine dans notre prière : Dominique Bernard, 67 ans, à Bellême, Bernard Chevalier, 63 ans, à La Perrière.

1er dimanche de l’Avent

Samedi 30 novembre 2019
18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital

Dimanche 1er décembre 2019
10 h 30 Bellême, 11 h Igé

Nous portons dans notre prière : Rachel et Gilbert Lecourbe, Lucette Pilpay, Dominique Bernard, Marie-Claire Michard, les familles Vaseux-Sorreau.

16 h ce dimanche, concert Cappellum à l’église d’Igé

Mardi 3 décembre 2019
17 h au presbytère, catéchèse des enfants du primaire

Mercredi 4 décembre 2019
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents

Jeudi 5 décembre 2019
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Vendredi 6 décembre 2019
17 h 30 messe et adoration eucharistique chapelle de l’hôpital.

2e dimanche de l’Avent

Samedi 7 décembre 2019
17 h messe en l’honneur de sainte Barbe avec les sapeurs pompiers à l’église Saint-Sauveur (pas de messe à 18 h 30).

Dimanche 8 décembre 2019
messe 10 h 30 à Bellême, 11 h à Igé

Nous portons dans notre prière : Bernard Chevalier, Carole Bancourt, Andrée et Bernard Joseph, Thérèse Bédane-Métivier.

Chronos et kaïros

Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous commençons une nouvelle année liturgique. Le temps de l’Avent est un temps d’attente active : celui de la venue du Seigneur dans nos vies. C’est le temps de l’espérance, le temps de la prière, le temps de la réflexion et du discernement.

Hier, Christ est venu dans la chair. Aujourd’hui, il est là présent ressuscité. Demain, il reviendra dans la gloire. Nous sommes dans un temps favorable pour accueillir aujourd’hui sa présence dans la foi, ne le ratons pas.

Le temps ! Le temps favorable ! En grec, deux mots existent pour parler du temps : chronos et kaïros ; chronos, c’est le temps qui passe sur le cadran de nos horloges, le temps après lequel nous courons tous, nous ne le voyons pas passer tant nous sommes occupés ; kaïros, c’est le temps, le moment favorable où nous pouvons justement, ne plus courir après le temps mais nous poser pour réfléchir, prier, discerner afin que nos choix soient cohérents et ajustés à la volonté de Dieu. Chronos nous met souvent sous pression, kaïros nous invite à nous apaiser.

C’est ce kaïros qui nous est proposé en ce temps de l’Avent. Si nous pouvions ne plus vivre sous la dictature du chronos qui nous incite à toujours courir après le temps et qui risque de nous transformer en robots. Si nous pouvions accueillir le kaïros, comme nous y invite saint Paul : « C’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil. »

Même, et peut-être surtout si nous courons toujours, ne sommes-nous pas parfois comme endormis, peut-être même anesthésiés par la société de consommation qui nous incite à avoir toujours plus ?

Nos écrans, si nous ne les domestiquons pas, ne nous détournent-ils pas des relations humaines si essentielles à nos vies ? Notre fringale de vouloir tout faire, de répondre à toutes sollicitations sans discernement ne cache-t-elle pas finalement un vide, une peur d’aller au plus profond de soi ?

Et pourtant, n’est-ce pas l’intériorité qui fait de nous de véritables êtres vivants qui ne vivent plus dans la superficialité mais dans la profondeur, là où nous pouvons le plus sûrement trouver Dieu qui habite nos cœurs ?

Par trois fois dans cette page d’Évangile, Jésus nous alerte : « Prenez garde, restez éveillés ! Veillez donc ! Veillez ! »

Dieu n’est-il pas ce Maître de maison qui a donné tout pouvoir aux hommes et fixé à chacun son travail ? Quel travail Dieu a-t-il confié aux hommes : n’est-ce pas entretenir sa Création, veiller à ce que chacun puisse avoir une vie digne, veiller à ne laisser personne sur le bord de la route, veiller les uns sur les autres pour s’entraider, travailler pour la justice, aimer la miséricorde. Voilà la belle mission qui est confié à chaque être humain quel qu’il soit.

Dans la parabole, le Maître qui s’absente a demandé au portier de veiller pour lui ouvrir la porte quand il reviendra. N’est-ce pas la mission des disciples du Christ d’être les portiers de la Maison de Dieu et du monde ? Le portier, c’est celui qui accueille au nom de son maître, qui fait entrer et patienter.

Belle mission des serviteurs de Dieu appelés à se tenir à la porte en la maintenant ouverte, en sachant, comme le souligne saint Paul que « la nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. » Aux portiers que nous sommes, saint Paul donne cette consigne : « rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. » Les armes de la lumière, n’est-ce pas la bonté et la miséricorde qui, seules, peuvent gagner le combat contre les cœurs les plus endurcis ? « Revêtez-vous du Seigneur Jésus ! » Ne l’oubliez pas : Christ ressuscité est l’habit dont nous avons été revêtus par le baptême. Il vous enveloppe de son amour. En son nom et en attendant son retour en gloire, demeurons éveillés ! C’est-à-dire conscients que les choix que nous faisons peuvent ou bien nous rendre esclaves ou bien nous faire grandir en humanité.
Jacques Roger