Infos du 22 février au 1er mars 2020 - Le Theil-sur-Huisne

, par Jean-Noël, webmestre

Samedi 22 février 2020
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 23 février 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne
12 h 00 baptême de Dylan Ancel à Ceton

Mardi 25 février 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 26 février 2020 - Mercredi des cendres, début de Carême
19 h 00 au Theil-sur-Huisne messe d’imposition des cendres pour le Pôle missionnaire du Perche sud, suivie d’une soupe

Jeudi 27 février 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 28 février 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Samedi 29 février 2020
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 1er mars 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

VIIe dimanche du Temps ordinaire

L’ancienne Loi demandait d’aimer son prochain comme soi-même. Mais le Christ est encore plus exigeant : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. » Cette folie de la croix devrait être la folie des chrétiens.

Lecture du livre des lévites (19, 1-2.17-19)

C’est la solidarité nationale qui lie entre eux les membres du peuple élu qui est ici décrite : « Ton frère, ton compagnon, les fils de ton peuple » désignent les seuls israélites. Pourtant le fondement de cette solidarité n’est plus le sang ou la race, mais l’Alliance de Dieu. Parce qu’il a fait de ce peuple son peuple, Dieu lui demande d’être saint. Lorsque Jésus nous révélera la paternité universelle de Dieu, l’humanité entière sera reconnue comme le peuple de Dieu et le prochain à aimer n’aura plus de frontières.

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (3, 16-23)

Ce qui est sacré pour un chrétien, ce n’est plus d’abord les édifices religieux, mais la communauté qui se rassemble au nom du Christ. Aussi ceux qui cherchent à détruire, à dresser les chrétiens les uns contre les autres en se réclamant d’un maître à penser qui ne serait plus le Christ, tombent-ils sous le jugement de Dieu. Paul ne veut pas limiter par là la liberté critique et contestatrice des chrétiens dans le monde et même dans l’Église. Pour eux, il n’ y a plus de domaine sacré ou réservé dans l’univers, tout leur appartient à la condition qu’eux mêmes ne s’appartiennent plus pour être totalement au Christ. Mais il est si facile de s’abuser et d’appartenir encore au monde, à Apollos, à la mort.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (5, 38-48)

Être fils de Dieu, imiter notre Père, c’est aimer comme il aime, sans calcul. Aimer qui nous aime, aimer celui que l’on estime est chose naturelle aux hommes. Aimer notre ennemi, aimer un ingrat ou celui qui n’a rien pour attirer notre amour, c’est aimer comme Dieu aime. Encore une fois non par calcul, par pitié ou pour essayer de l’avoir. Mais parce que nous savons qu’en l’aimant il prendra du prix à nos yeux, qu’il se révélera tel qu’il est, bien meilleur qu’il ne paraît. Dieu seul sait aimer d’un tel amour créateur, mais son amour est contagieux.

Bon dimanche.
Père François