Accueil > Infos des paroisses > Notre-Dame-des-Ermitages > Infos du 14 au 22 mars 2020 - Le Theil-sur-Huisne

Infos du 14 au 22 mars 2020 - Le Theil-sur-Huisne

dimanche 22 mars 2020, par Jean-Noël

Nous portons dans nos prières M. Phaolo, décédé au Vietnam, les huitaines de Mme Maureau et Mme Lucienne Coudray.

Samedi 14 mars 2020
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 15 mars 2020
10 h 30 messe à La Rouge

Lundi 16 mars 2020
10 h 30 sépulture à L’Hermitière de Gabrielle Munozio

Mardi 17 mars 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 18 mars 2020
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 19 mars 2020
10 h 00 messe pour les anciens d’Algérie

Vendredi 20 mars 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Samedi 21 mars 2020
10 h 30 rassemblement du caté primaire à Dancé

Dimanche 22 mars 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

[|IIIe dimanche du Carème|]Ce dimanche nous prêche la confiance. Sans espoir, le monde avance dans le désert sans eau, dans une nuit sans lumière. Nous savons que Jésus-Christ nous a sauvés. Rien ne peut briser notre espérance.

Lecture du livre de l’Exode (17, 3-7)

Au cours de la longue traversée du désert, les Hébreux expérimentèrent combien est difficile la conquête de la liberté et comment, à la moindre difficulté, on est tenté de revenir à l’esclavage antérieur. Moïse fut souvent pris à partie par un peuple découragé et faillit plus d’une fois être mis à mort par ceux qu’il voulait libérer. À travers lui c’est à Dieu que s’en prenaient les Hébreux, le mettant au défi d’accomplir sa promesse. Pourtant le Seigneur n’a cessé de nourrir et d’abreuver ce peuple rebelle, manifestant que lui seul peut combler l’espérance de ceux qui ont faim et soif de justice, de liberté et d’amour.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (5, 1-2.5-8)

Quand un homme ou une femme est certain d’être aimé, quelle n’est pas sa force, sa confiance dans la vie ! Mais nous, qui sommes sûrs d’être aimés par Dieu d’un amour indéfectible, quelles ne doivent pas être notre paix et notre assurance, que rien, pas même la détresse, ne peut ébranler ! Et cette certitude ne s’appuie pas sur des mots, mais sur les gestes d’amour de Dieu à notre égard : le Christ qui s’est livré pour nous ouvrir l’accès au cœur de Dieu, l’Esprit qui s’est donné comme gage de l’amour du Père pour nous.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Dans cette page très riche de l’évangile de Jean se révèle progressivement le mystère de la personne de Jésus. Celui qui n’est d’abord qu’un voyageur harassé, un juif dont la femme s’étonne qu’il entre en conversation avec elle, lui assure pourtant qu’il peut seul combler la soif des hommes à connaître Dieu. Intriguée, la femme l’est davantage quand Jésus lui révèle la triste réalité de ses échecs amoureux : à ses yeux Jésus devient alors un prophète qu’elle peut questionner sur le vrai lieu où adorer Dieu. Mais le seul qui donne la connaissance du vrai Dieu, c’est Jésus. La femme sait que cette révélation doit être la tâche du Messie. Jésus peut alors lui dire qu’il est ce Messie attendu, le Christ. Elle part annoncer cette nouvelle à la ville. Entre temps Jésus invite ses disciples à contempler à l’avance l’activité missionnaire de l’Église à la suite de la peine qu’il prend aujourd’hui à semer la moisson future. Les nombreux samaritains qui croient en lui en sont les premières gerbes et ce sont eux qui disent le dernier mot du mystère de Jésus : il est le Sauveur du monde.

Bon dimanche.
Père François