Accueil > Infos des paroisses > Notre-Dame-des-Ermitages > Infos du 18 au 26 juillet 2020 - Le Theil-sur-Huisne

Infos du 18 au 26 juillet 2020 - Le Theil-sur-Huisne

dimanche 26 juillet 2020, par Jean-Noël

Nous portons dans nos prières Guy Leveau à Ceton.

Samedi 18 juillet 2020
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 19 juillet 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

Mardi 21 juillet 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 22 juillet 2020
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 23 juillet 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 24 juillet 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Samedi 25 juillet 2020
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 26 juillet 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

[|XVIe dimanche du Temps ordinaire|]La patience de Dieu est inépuisable : elle veut laisser aux hommes le temps de se convertir et leur demande de ne jamais juger les autres ; à la lumière de Dieu, il nous faut apprendre le prix de la lenteur et de la tolérance.

Lecture du livre de la Sagesse (12, 16-19)

Le Seigneur est le Dieu tout-puissant, pourtant il ne montre pas sa force, et la patience de Dieu ne peut manquer de faire conclure à certains que Dieu n’est pas si puissant que cela et que sa justice tarde bien à régner sur la terre. Notre auteur s’est posé cette question tout au long de son livre. Faire usage de sa puissance, agir avec violence est le propre des hommes ou des gouvernements contestés qui craignent que le pouvoir leur soit ôté. Ce n’est pas le cas de Dieu. Sa puissance est infinie, donc faite de patience, d’humilité, de ménagement pour le pécheur à qui elle offre continuellement de se convertir.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (8, 26-27)

Notre faiblesse dont parle Paul, est notre incapacité à vouloir ce que Dieu veut, à entrer dans son dessein. Notre prière a du mal à s’accorder à la volonté de Dieu ; continuellement c’est nous que nous mettons en avant, nos projets, nos besoins, nos craintes. Seul l’Esprit saint peut donner à notre prière de vouloir ce que Dieu veut, d’entrer dans son projet pour le monde et d’y puiser la force pour agir. Mais cette prière de l’Esprit en nous ne tombe pas sous nos sens ; il s’exprime en termes divins, inexprimables. Nous savons seulement qu’il nous transforme, si nous avons quelque peu l’expérience de la prière.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (13, 24-43)

Pourquoi l’arrivée du royaume de Dieu n’a-t-elle pas balayé d’un seul coup toute souffrance et tout péché hors de ce monde ? Parce qu’il est le théâtre de deux semailles opposées : le Christ y sème le bon grain en vue de la moisson future ; un ennemi y sème de l’ivraie en vue de compromettre la moisson. Mais la moisson aura lieu, dit le Maître avec un bel optimisme, certain des réjouissances futures des moissonneurs. Reste à calmer notre impatience et à laisser le semeur lui-même opérer le tri que nous prétendons faire avant l’heure, à sa place. Un grain de moutarde jeté dans un champ où il semble perdu, du levain caché dans près de 40 kg de farine, quels ridicules commencements ! Pourtant, l’un deviendra un arbre, l’autre soulèvera ces kilos de pâte inerte. L’action de Dieu part de petits commencements pour réaliser de grandes choses.

Bon dimanche.
Père François