Infos du 12 au 20 septembre 2020 - Le Theil-sur-Huisne

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons dans nos prières Guy Guyonnard (huitaine à Ceton) et Roger Launay (huitaine à Ceton).

Samedi 12 septembre 2020
10 h 00 réunion avec les parents des catés à la salle du Foyer theillois 4, place des Theilleuls
15 h 00 mariage Marine et Romain au Theil-sur-Huisne
18 h 00 messe à l’Hermitière

Dimanche 13 septembre 2020
10 h 30 messe à Ceton
à 12 h 00 baptême de Cassy Jolliet à Ceton

Lundi 14 septembre 2020
14 h 30 sépulture d’André Jousselin au Theil-sur-Huisne

Mardi 15 septembre 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 16 septembre 2020
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 17 septembre 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 18 septembre 2020
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne
à 20 h 00 2e étape de la préparation au baptême

Samedi 19 septembe 2020
11 h 30 baptême de Robin Roussel
à 16 h 00 baptême de Zoë Bonnefoy
à 18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 20 septembre 2020
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne et 3e étape de la préparation au baptême
12 h 00 baptême de Raphaël Iannaccone à Gémages
13 h 00 baptême d’Anaïs à Ceton

XXIVe dimanche du Temps ordinaire

Nous sommes une assemblée de pécheurs pardonnés : la fraternité des chrétiens veut dire quelque chose au regard du monde dans la mesure où nous travaillons à l’édification de la paix.

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage (27, 30-28,7)

Pour Sirac le Sage, la norme de la conduite humaine, c’est d’abord le jugement de Dieu : l’homme sera jugé avec la mesure qu’il aura utilisée pour ses frères. S’il se venge, s’il entretient sa rancune, s’il n’a pas de pitié, comment peut-il espérer le pardon et la guérison de ses fautes ? Mais la norme de la conduite du peuple élu est surtout l’Alliance du Seigneur. Parce qu’il a choisi Israël pour son peuple, qu’il lui a commandé de vivre dans l’amour fraternel, qu’il lui est resté fidèle malgré toutes ses incartades, Dieu s’est révélé Père pour son peuple comment pourrait-il accepter que ses enfants s’entre-déchirent ?

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (14, 7-9)

Notre existence ne nous appartient pas, pas plus que notre mort, puisque nous reconnaissons Jésus Christ comme notre Seigneur, celui qui mobilise nos forces, notre cœur et notre intelligence à son service. Celui qui donne sens et consistance à notre vie, à nos joies, à nos peines, à nos souffrances, à notre mort. Nous lui appartenons comme des serviteurs de son amour. Dès lors nous le reconnaissons comme notre maître à penser, comme le modèle de notre action, comme le terme de notre espérance par-delà la mort. Pour ce motif Paul dénie à quiconque le droit de juger ses frères ou de condamner ceux qui pensent ou agissent d’une manière différente de la sienne.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (18, 21-35)

Nous avons lu, dimanche dernier, que Jésus confiait à la communauté la tâche de réconcilier les chrétiens pécheurs. Combien de fois ? Demande Pierre qui propose un chiffre. Jésus refuse d’entrer dans ces calculs et justifie un pardon sans limite par la parabole du serviteur endetté. Vis-à-vis de Dieu, nous sommes tous dans la situation de ce serviteur qui doit à son Maître une somme fantastique. Par un amour incompréhensible Dieu nous a remis notre dette. Comment dès lors pourrions-nous avoir envers un compagnon de service une rigueur extrême et mesurer notre patience à pardonner ?

Bon dimanche !
Père François