Infos du 19 au 27 février 2022 - Le Theil-sur-Huisne

, par Jean-Noël, webmestre

Nous portons dans nos prières Mme Mireille Bonette (huitaine) et Yvonne Bataille.

Samedi 19 février 2022
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 20 février 2022
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

Lundi 21 février 2022
14 h 30 sépulture d’Yvonne Bacle

Mardi 22 février 2022
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 23 février 2022
10 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 24 février 2022
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 25 février 2022
10 h 00 conseil presbytéral à Sées

Samedi 26 février 2022
10 h 00 kTé 6e au Theil-sur-Huisne
de 15 h 00 à 19 h 00 kTé primaire suivi de la messe des familles à Ceton

Dimanche 27 février 2022
10 h 30 à 10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

VIIe dimanche du Temps ordinaire

Ce dimanche veut nous apprendre à pardonner. Comme nous aurons jugé nous serons jugés. On se servira pour nous de la mesure dont nous nous serons servi pour les autres.

Lecture du Premier Livre de Samuel (26, 2…23)

Ne pas se venger quand l’occasion se présente, quand le bon droit est de notre côté, ne pas le faire parce que notre ennemi est beaucoup plus que le roi désigné et sacré par le Seigneur : il est un frère pour lequel le Christ est mort, c’est cela, montrer sa justice et sa fidélité à Jésus-Christ. On ne peut qu’admirer la noblesse de David qui, sans connaître la loi d’amour du Christ, a eu le respect de son ennemi sans défense.

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (15, 45-49)

Tout homme a désormais deux hérédités : celle d’Adam qui fait de lui un être humain, enraciné dans le monde dont il est issu et dont l’horizon est terrestre ; celle du Christ venu par sa Résurrection recréer l’humanité à son image, venu lui entrouvrir un nouvel horizon en l’appelant à partager sa vie de Fils de Dieu. Désormais l’œuvre des hommes prend une dimension verticale, ils travaillent pour l’éternité puisque l’un d’entre eux est Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (6, 27-38)

On pourra très vite constater que l’ennemi dont nous parle Luc, c’est… tout simplement un des nos frères. C’est vrai qu’il est agaçant, celui qui vient constamment nous demander un service, ou nous emprunter quelque chose. Luc sait bien qu’on pardonnerait volontiers une fois pour toutes à un ennemi, mais qu’on ne supporte pas facilement le pauvre à qui il faut donner sans espoir de retour, le mal-aimé qui réclame une amitié qu’il ne saura pas rendre, l’importun toujours dans le besoin, incapable de donner l’équivalent, même en reconnaissance. À cet ennemi-là on ne pardonnera pas volontiers, parce qu’on le juge sévèrement. Dieu n’agit pas ainsi, qui est bon pour les ingrats, et dont le cœur miséricordieux est ouvert à la misère des hommes. Imitons-le, sinon l’ingrat que nous sommes sera mesuré à notre mesure !

Bon dimanche.
Père François