Accueil > Infos des paroisses > Saint-Léonard-des-Clairières > Infos du 19 au 27 décembre 2020 - Bellême

Infos du 19 au 27 décembre 2020 - Bellême

dimanche 27 décembre 2020, par Jean-Noël

Nous portons dns notre prière les défunts de cette semaine : l’abbé René Detoc, 96 ans, à Igé, Jean Temple, 86 ans au Gué-de-la-Chaîne, Thierry Bonnot, 58 ans, à Bellême.

[|4e dimanche de l’Avent|]Samedi 19 décembre 2020
18 h 30 messe à l’église Saint-Sauveur de Bellême

Dimanche 20 décembre 2020
10 h 30 Bellême, 11 h Igé

Nous portons dans notre prière : Xavier Somnier.

Lundi 21 décembre 2020
10 h à Bellême, inhumation de M. Thierry Bonnot
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
14 h à Berd’huis, réunion du comité de rédaction de Paroles de vie

Mardi 22 décembre 2020
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Mercredi 23 décembre 2020
11 h à midi, confessions à l’église Saint-Sauveur
17 h messe à l’oratoire du presbytère

[|Fête de Noël|]Jeudi 24 décembre 2020
17 h messe à Igé, 19 h et 20 h 30 messes à l’église Saint-Sauveur de Bellême

Vendredi 25 décembre 2020
10 h 30 messe à l’église Saint-Sauveur de Bellême

Nous portons dans notre prière : Carole Bancourt, des personnes isolées Shenaz Laporte et Maria Felder.

[|Fête de la Sainte famille|]Samedi 26 décembre 2020
18 h 30 église Saint-Sauveur de Bellême

Dimanche 27 décembre 2020
10 h 30 église Saint-Sauveur de Bellême

Nous portons dans notre prière : Thierry Vasseaux.

Installés ou nomades ?

En ce 4e dimanche de l’Avent, à quelques jours de Noël, la liturgie nous présente deux figures de la première Alliance : David et Marie. Il est généreux David et attentif à son Dieu. Alors qu’il est lui-même confortablement installé dans son palais en bois de cèdre où il passe des jours tranquilles, il s’aperçoit que son Dieu, représenté par l’Arche d’Alliance, habite sous une tente. Et il s’en offusque. S’en ouvrant au prophète Nathan, celui-ci l’encourage à faire selon sa pensée.

Dieu ne veut pas être assigné à résidence

Mais Dieu intervient pour décourager l’initiative de David. Qu’il ait une tente pour demeure ne le dérange pas au contraire, cela rappelle l’Exode et la longue marche dans le désert avant l’installation en Terre promise. Cela montre que Dieu n’est pas installé confortablement mais qu’il marche avec son peuple, au pas de son peuple. Un peuple entêté, certes, qui se fait une image de son Dieu non conforme à ce qu’il est vraiment.

Rappelons-nous, quelques années plus tôt, le prophète Samuel se démêle avec ce peuple qui lui demande un roi. Un roi « pour être comme les autres nations ». Le prophète, inspiré par Dieu, essaie de décourager le peuple à se donner un roi : l’unique roi d’Israël n’est-il pas Dieu lui-même ? Mais rien n’y fait. Ils veulent s’installer sur cette terre « où coulent le lait et le miel » et se donner des institutions durables. Et ils insistent tellement que Dieu dit à Samuel : « Tant pis, donne-leur un roi, ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent. » Après l’échec de Dieu leur donnera David, le petit berger, le roi selon son cœur. Mais ses successeurs ne seront pas à la hauteur de la mission confiée.

De même, le désir de Dieu n’est donc pas que David lui construise une maison, c’est que lui, Dieu donne une maison, c’est-à-dire une descendance à David. Dieu, par Nathan, relit l’histoire et fait une promesse : « Je t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi dans tout ce que tu as fait. Je te ferai un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »

Un autre roi « nomade et serviteur »

Cette promesse de Dieu à David s’accomplira en et par Marie de qui naîtra Jésus, appelé Christ ou Messie, et Joseph, de la descendance de David, lui donnera son nom Jésus = le Seigneur sauve ; Emmanuel = Dieu est avec nous.

Si David, installé confortablement dans son palais, rêve du même confort pour son Dieu, il se trompe. L’Envoyé promis naît au cours d’un voyage forcé, à l’écart puisque toutes les places sont prises, et il passera sa vie à marcher sur les routes de Palestine pour annoncer la Bonne Nouvelle d’un Dieu qui marche au pas des hommes et qui se met à leur service.

Par la promesse de l’Ange, dans sa maison de Nazareth, Marie est, elle aussi, déstabilisée, désinstallée : « Comment cela va-t-il se faire ? » « Ne crains pas ! L’Esprit saint viendra sur toi. Rien n’est impossible à Dieu ». Le messager de Dieu en donne le signe : le vieux couple stérile de Zacharie et Élisabeth attendent un enfant. L’espérance n’est donc pas morte.

Saint Paul révèle partout ce « mystère » de Dieu marchant au pas de son peuple. Ce « mystère », gardé depuis toujours dans le silence, est maintenant manifesté en Jésus au grand jour à toutes les nations.

Appelés à l’obéissance de la foi

Installés ou nomades ? C’est bien la question qui nous est posée par la Parole de Dieu. La pandémie que nous vivons depuis plusieurs mois ne nous désinstalle-t-elle pas de toutes nos certitudes ? Nous croyions pouvoir tout maîtriser par la science et la technique et nous constatons que nous ne sommes maîtres de rien. Nous avions pensé pouvoir tout prévoir, rien ne laisser à l’improviste et nous nous apercevons que nous sommes contraints à vivre au jour le jour. Comme le rappelait Jésus lui-même à ses disciples : « À chaque jour suffit sa peine ! » C’est sans doute difficile à vivre mais n’est-ce pas là un appel à placer notre confiance en cet Autre qui ne nous veut que du bien Ne nous invite-t-il à désinstaller de notre « disque dur » toutes nos certitudes vacillantes pour n’en garder qu’une, la confiance qui habitait Marie : « Que tout m’advienne selon ta parole. »

Installés ou nomades ? Faut-il vraiment choisir ? Installés, oui, mais installés solidement en Christ, enracinés en lui dans la foi, l’espérance et la charité. Nomades, oui, mais nomades dans l’Esprit. Installés non dans un confort qui nous ferait oublier les autres mais installés en Christ qui nous renvoie vers les autres. Nomades en Esprit car « nous n’avons pas ici-bas de demeure éternelle », notre vraie demeure n’est-elle pas le cœur de Dieu ? Et le logis de Dieu n’est-il pas le cœur de son peuple ?

Préparons-nous à accueillir le Nomade installé en Dieu le Père, le Nomade venu habiter parmi nous.
Jacques Roger