Accueil > Infos des paroisses > Saint-Léonard-des-Clairières > Infos du 20 au 28 novembre 2021 - Bellême

Infos du 20 au 28 novembre 2021 - Bellême

dimanche 28 novembre 2021, par Jean-Noël

[| Fête du Christ-Roi de l’univers
Journée du Secours catholique
|]Samedi 20 novembre 2021
18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital à Bellême

Dimanche 21 novembre 2021
10 h 30 messe à l’église Saint-Sauveur

Nous portons dans notre prière : Bernard Chevalier et Pierre Moisson.

Lundi 22 novembre 2021
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Mardi 23 novembre 2021
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Mercredi 24 novembre 2021
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Jeudi 26 novembre 2021
9 h 30 Rémalard, réunion de l’Équipe d’animation pastorale du Pôle missionnaire du Perche sud
17 h messe à l’EHPAD La Rose des vents

Vendredi 27 novembre 2021
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
14 h 30 réunion du Mouvement des retraités

[|1er dimanche de l’Avent|]Samedi 27 novembre 2021
18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital

Dimanche 28 novembre 2021
10 h 30 messe à Bellême
12 h à la Maison des associations à Bellême, réunion des couples qui se préparent à célébrer leur mariage en 2022 dans notre Pôle missionnaire du Perche sud

Venu rendre témoignage à la vérité

« Qu’est-ce que la vérité ? » demandera Pilate dans la suite du dialogue avec Jésus en sa passion.

« Y a-t-il une vérité ? » se demandent nos contemporains dans une société marquée par les « fake news ». En nos sociétés occidentales marquées par le relativisme, la question demeure :

  • aujourd’hui, celui qui prétend avoir la vérité ne passe-t-il pas pour être intolérant ?
  • pour beaucoup de nos contemporains aucune vérité ne peut s’imposer d’elle-même.

Il est vrai que Jésus n’impose pas la vérité, il lui rend témoignage — ce qui n’est pas la même chose — et son témoignage va jusqu’au sang. La vérité dont parle Jésus n’est pas une idée, encore moins une idéologie. Elle n’est même pas un message qu’il faudrait tout simplement appliquer coûte que coûte.

La vérité est une personne

  • la vérité est une personne, c’est le « visage de Dieu, le Père invisible » que par son incarnation Jésus vient révéler et rendre visible,
  • la vérité, c’est le « visage de l’être humain » — homme et femme tel que sorti des mains de Dieu et devant qui le Créateur s’émerveille. C’est cette vérité-là, défigurée par le péché d’Adam, que Jésus vient révéler.

En effet, le tentateur, celui qui cherche à nuire et à Dieu et à l’homme a distillé dans le cerveau et le cœur de l’être humain un visage épouvantable de Dieu. Il a fomenté dans son cœur le soupçon vis-à-vis de Dieu et vis-à-vis des autres êtres humains.

  • prenons le temps dans le silence de regarder vraiment comment il nous arrive de nous laisser aller à la méfiance face à Dieu : « S’il était bon ? S’il était tout puissant ? »
  • et face aux autres : combien de fois ne leur prêtons-nous pas des arrières pensées : « Il m’a dit ceci, qu’est-ce qu’il a donc derrière la tête ? »

Accueillir la vérité de Dieu et la vérité de l’être humain

Provoqué par Pilate à se reconnaître comme roi, Jésus prend ses distances, comme s’il voulait montrer ses réserves par rapport à l’image de la royauté terrestre, sans pour autant refuser le titre lui-même. « Ma royauté n’est pas de ce monde », affirme Jésus devant Pilate. En Lui Dieu règne, Celui qui est au-delà de tout, Celui de qui » nous tenons la vie, la croissance et l’être ».

  • accueillir la vérité de Dieu Trinité, n’est-ce pas s’émerveiller devant la Révélation qu’il fait de Lui en Jésus, la Parole faite chair ?
  • accueillir la vérité de l’homme, n’est-ce pas nous comporter comme une créature accueillant la main que le Créateur nous tend pour sceller avec nous une Alliance éternelle ?
  • n’est-il pas « le témoin fidèle » de la vérité de Dieu : « Celui qui m’a vu a vu le Père » ?
  • et « le témoin fidèle » de la vérité de l’être humain que Pilate reconnaîtra implicitement en prononçant une parole prophétique dont il ne soupçonnait pas la portée théologique : ‹›Voici l’homme ! ». L’homme parfaitement accompli, le chef d’œuvre du Père, le deuxième Adam dont le premier n’était qu’une esquisse ?

« La vérité éclaire les profondeurs de l’esprit humain »

Chercher la vérité, accueillir la vérité, n’est-ce pas mettre de l’ordre dans nos pensées, discerner l’essentiel de l’accessoire, refuser de tout mettre sur le même plan ? Tout ne se vaut pas.

De bons critères de discernement, n’est-ce pas de se demander avant tout décision :

  • ce choix me rend-t-il plus humain ?
  • fait-il de moi un véritable vivant en Alliance avec Dieu ?
  • ce choix est-il dicté par l’amour ?
  • cet amour est-il un véritable amour qui m’invite à passer par le Mystère pascal avec le Christ ?

Dans son encyclique « La splendeur de la vérité », le saint pape Jean-Paul II écrit : « Aucun homme ne peut se dérober aux questions fondamentales : Que dois-je faire ? Comment discerner le bien du mal ? La réponse n’est possible que grâce à la splendeur de la vérité qui éclaire les profondeurs de l’esprit humain, comme l’atteste le psalmiste : « Beaucoup disent : « Qui nous fera voir le bonheur ? « Fais lever sur nous, Seigneur, la lumière de ta face » (Ps 4, 7).

La lumière de la face de Dieu brille de tout son éclat sur le visage de Jésus-Christ, « image du Dieu invisible » (Col 1, 15), « resplendissement de sa gloire » (He 1, 3), « plein de grâce et de vérité » (Jn 1, 14) : il est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 6). »

En servant le Créateur, l’homme règne sur la création

Oui, le Christ est roi de l’univers et il exerce sa royauté en se faisant serviteur. Serviteur de Dieu son Père, serviteur des êtres humains ses frères de race. Comme l’exprime la 4e prière eucharistique : « Tu as fait l’homme à ton image et tu lui as confié l’univers, afin qu’en te servant, toi son Créateur, il règne sur la création. » Régner sur la création de Dieu, ce n’est pas la dominer, c’est la servir.

Ainsi, par l’onction d’huile sainte reçue au baptême, nous participons à la royauté de Jésus et nous sommes invités à exercer cette royauté à la manière dont lui-même exerce sa royauté : dans le service, indissociablement, et de Dieu, le Père, et des frères.
Jacques Roger