Accueil > Infos des paroisses > Saint-Léonard-des-Clairières > Infos du 1er au 9 janvier 2022 - Bellême

Infos du 1er au 9 janvier 2022 - Bellême

dimanche 9 janvier 2022, par Jean-Noël

Nous portons dans notre prière les défunts de cette semaine : Colette Gouin, 89 ans, à Bellême, Alain Wullem, 79 ans à Bellême.

[|Fête de l’Épiphanie du Seigneur|]Samedi 1er janvier 2021
18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital

Dimanche 2 janvier 2021
10 h 30 messe à l’église Saint-Sauveur Bellême

Lundi 3 janvier 2021
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Mardi 4 janvier 2021
11 h messe à l’oratoire du presbytère
16 h à Rémalard, réunion du Comité de rédaction de Paroles de vie
16 h 45 catéchèse des enfants du primaire

Mercredi 5 janvier 2021
10 h à Bellême, inhumation de M. Alain Wullem
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère

Jeudi 6 janvier 2021
9 h au presbytère, réunion des chantres et organistes
11 h 30 messe à l’oratoire du presbytère
14 h au presbytère rencontre des confirmands adultes
17 h au presbytère réunion de l’équipe pastorale paroissiale

Vendredi 7 janvier 2021
11 h messe et adoration eucharistique à la chapelle des saints Louis et Zélie à La Croulerie en Chemilli
18 h 30 - 21 h 30 rencontre des jeunes qui se préparent à célébrer la Confirmation

Samedi 8 janvier 2021
10 h église de Rémalard, réunion du Conseil d’orientation du Pôle missionnaire du Perche sud. Deux sujets à l’ordre du jour : la réflexion sur la synodalité dans l’Église et le projet de visitation dans les communes au cours du Carême et du Temps pascal

[|Fête du baptême du Seigneur|]Samedi 8 janvier 2021
18 h 30 messe à la chapelle de l’hôpital

Dimanche 9 janvier 2021
10 h 30 messe à l’église Saint-Sauveur de Bellême

Nous portons dans notre prière : Albert Bidault

Faire route avec les Mages

En cette fête de l’Épiphanie du Seigneur, l’Église nous invite à contempler ces mages, ces chercheurs de sens, ces chercheurs de Dieu. Ce sont les souhaits que je formule pour chacun de nous et pour notre communauté paroissiale en son ensemble pour l’année nouvelle.

« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile… »

L’étoile a mis en route ces chercheurs de Dieu. Combien de nos contemporains cherchent à donner du sens, une signification et une direction à une vie où tout leur semble possible et attrayant mais où tout n’a pas même valeur et n’élève pas de la même façon ?

Nos communautés chrétiennes sont-elles, pour nos contemporains, l’étoile qui puisse leur faire signe ? Le Christ est-il, déjà pour nous, la Lumière qui guide nos choix et nos décisions ? Entendrons-nous les questions de nos contemporains et saurons-nous prendre la route avec eux, marcher à leur pas et, en traversant avec eux les épreuves, les conduire vers le Seigneur ?

« En apprenant cela le roi Hérode fut pris d’inquiétude et tout Jérusalem avec lui. »

Hérode a peur pour sa place. Reconnu par le pouvoir romain qui occupe le pays, il règne comme un despote. Devant les Mages, il va se montrer coopérant, mais ce n’est qu’une façade. Á travers le personnage d’Hérode qui se met en travers de la route de ces chercheurs de Dieu, Matthieu préfigure ce que sera la vie de Jésus : les oppositions qu’il rencontrera sur son chemin avec les autorités juives, sa passion et sa mort sur la croix.

Ceux qui aujourd’hui essaient de mettre leurs pas dans les pas de Jésus ne rencontrent-ils pas sur leur chemin ces obstacles : incompréhension de la famille, moqueries des camarades, difficultés à gravir certains échelons dans la vie professionnelle… Pourquoi s’en effrayer ? N’est-ce pas dans la logique même du chemin qu’a connu Jésus ?

Nos communautés qui vivent ainsi l’épreuve de la foi ont-elles conscience qu’elles ont envoyées au monde non pas pour le conquérir mais pour y inscrire le signe de l’amour du Christ vainqueur du mal et de la mort ?

« En voyant l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et tombant à genoux, ils se prosternèrent devant Lui »

Arrivés après une longue marche semée d’embûches, c’est la joie. Les autorités juives, les spécialistes des Écritures passent à côté de l’événement. Ce sont des non-juifs, des païens qui reconnaissent dans cet enfant le Sauveur du monde. Désormais, toute personne, quelle que soit sa race, sa religion, la couleur de sa peau, sa condition « est associée au même héritage » pourvu qu’elle se mette en route.

Ce chemin, aujourd’hui, aboutit à l’Eucharistie, où le Seigneur nous donne rendez-vous. C’est là que nous lui offrons nos richesses et nos pauvretés, matérielles et spirituelles ; nous nous offrons nous-mêmes et nous présentons ceux qui nous sont chers en nous coulant dans l’offrande de Jésus à son Père.

« Avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin »

Repartir chez Hérode, c’était mettre en péril l’enfant. Jésus échappera au massacre par l’attention de Marie et de Joseph qui iront se réfugier en Égypte. Les Mages sont invités à repartir par un autre chemin.

Nos communautés chrétiennes ne sont-elles pas appelées aujourd’hui, d’une part à ‹repartir du Christ›, et d’autre part, à repartir par un autre chemin ?

Ne nous faut-il pas aujourd’hui inventer des chemins nouveaux pour l’Évangile ? Avec les jeunes qui demandent à l’Église de célébrer leur mariage et qui n’ont pas eu eux-mêmes une éducation chrétienne, avec les parents qui demandent le baptême pour leur enfant et qui se sont détachés des racines de leur foi, avec les enfants en catéchèse qui sont marqués par ce qu’ils entendent à la maison ou à l’école, par ce qu’ils voient à la télé ou sur les réseaux sociaux.

N’est-ce pas là l’attitude que Dieu requiert de ses disciples aujourd’hui ? Saurons-nous nous laisser conduire par l’Esprit en apportant notre contribution dans la conduite de son Église et du monde ? Très bonne année 2022 !
Jacques Roger