Accueil > rubrique de stockage > stockage Notre-Dame-des-ermitages > Infos du 20 au 28 octobre 2018 - Le Theil-sur-Huisne

Infos du 20 au 28 octobre 2018 - Le Theil-sur-Huisne

dimanche 28 octobre 2018, par Jean-Noël

Nous portons dans nos prières Paulette Romet (messe de huitaine).

Samedi 20 octobre 2018
15 h 00 baptême de Milan Chauveau à L’Hermitière
18 h 00 messe à Ceton

Dimanche 21 octobre 2018
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne
15 h 30 concert Ombres & Lumières à L’Hermitière : sextet cuivres et bois. De Haëndel à Gershwin.

Lundi 22 octobre 2018
8 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mardi 23 octobre 2018
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Mercredi 24 octobre 2018
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

Jeudi 25 octobre 2018
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Vendredi 26 octobre 2018
18 h 00 messe au Theil-sur-Huisne

Samedi 27 octobre 2018
18 h 00 messe à Ceton et baptême de Léandre Guyronnet

Dimanche 28 octobre 2018
10 h 30 messe au Theil-sur-Huisne

[|XXIXe dimanche du Temps ordinaire|]La souffrance morale ou physique fait partie de la condition humaine ; il existe aussi ; à l’ombre de la croix, la terrible épreuve du rejet et de l’abandon. Chaque eucharistie donne à notre détresse sa véritable dimension en Jésus Christ.

Lecture du livre d’Isaïe (53, 10-11)

La liturgie d’Israël connaissait le sacrifice d’un animal en réparation du péché d’un individu ou du peuple. Ce sacrifice était appelé sacrifice d’expiation. Le Serviteur de Dieu dont parle Isaïe prend la place de cet animal du sacrifice et, bien que juste, se substitue aux coupables pour réparer leurs fautes. A cause de son obéissance à Dieu, de son amour pour son peuple, il obtiendra le pardon pour ses frères. Lui-même par-delà son sacrifice verra la lumière et Dieu le comblera. En offrant sa vie pour sauver la multitude des hommes, Jésus Christ accomplira la destinée du Serviteur souffrant d’Isaïe, et Dieu lui fera voir la lumière au matin de Pâques.

Lecture de la lettre aux Hébreux (4, 14-18)

Les souffrances du Christ ne sont pas seulement un événement du passé que sa résurrection et sa vie auprès de Père lui auraient fait oublier, comme un mauvais souvenir. L’expérience qu’il a faite de la souffrance, des larmes, de la prière suppliante de l’homme aux prises avec l’angoisse et la peur de mourir, lui permet de comprendre nos faiblesses dans l’épreuve. Nul ne peut désormais se dire solitaire ou abandonné dans la peine : Jésus est près de lui le compagnon de sa douleur qui lui apporte secours et miséricorde ; il est aussi le Fils qui lui apprend la valeur rédemptrice d’une souffrance offerte pour sauver le monde

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (10, 35-45)

Jésus vient d’annoncer pour la troisième fois sa Passion et sa mort, mais les disciples se querellent pour obtenir les premières places lors de son triomphe comme Messie ! Marc dénonce de nouveau les rêves de grandeur que caressent quelques responsables de sa communauté, détenteurs de l’autorité. Partager la souffrance du Christ, c’est tout ce qui est promis à Jacques et à Jean. Au Père seul appartient de donner leur salaire à ses serviteurs. En effet, si la possession du pouvoir conduit les chefs des nations et les grands de la terre à commander en maîtres, pour les disciples, la grandeur s’acquiert par leur capacité à servir. Si Jésus est le Maître, c’est comme serviteur du dessein de Dieu et serviteur de ses frères jusqu’à mourir pour eux qu’il l’est devenu.

Bon dimanche à tous.
Père François